Site : http://www.andrezieux-boutheon.com
article
Accueil >> Je découvre >> Histoire >> 50 ans d’union

50 ans d’union entre Andrézieux et Bouthéon

En 2015, la commune fêta les 50 ans d’union d’Andrézieux et de Bouthéon lors de la Fête des Bords de Loire des 3, 4 et 5 juillet.

Une exposition retraçant l’histoire de ces communes fut également proposée de mai à septembre au château de Bouthéon.

 

Andrézieux, jeune et dynamique

Celle que l’on présentait encore comme « un petit port à barques de pêcheurs » un siècle plus tôt est devenue au début du XXème siècle, une jolie « station balnéaire » ornée d’une multitude de belles demeures, la plupart commandées par des notables ou bourgeois stéphanois qui prennent l’habitude de venir s’y détendre. La toute jeune Andrézieux n’avait pourtant pas 100 ans en 1900 ! Ce qu’il s’est passé ? Une petite révolution…

Vers 1840, près de l’embouchure du Furan, patientent des dizaines de rambertes en attendant la prochaine crue. Tout le long de ces 1 500 m de quais, bordés de magasins de charbon, règne en permanence une intense agitation, rythmée par l’infernal brouhaha des rails, des bennes qui s’entrechoquent, des pelletés lancées avec force et des cris des mariniers qui s’interpellent. En 1840, la ville compte moins de 800 habitants mais le double en « population flottante », ces travailleurs du fleuve qui déchargent et chargent inlassablement des tombereaux de charbon, de sable, de gravier et autres matériaux transportés par le tout récent 1er chemin de fer de France.

Andrézieux et la Loire c’est une longue histoire, l’indomptable fleuve l’a aussi bien pourvue que malmenée. Régulièrement ses crues l’ont blessée, arrachant aux berges ses joyeuses guinguettes, mais ravissant baigneurs, promeneurs en barques et jouteurs dès les premiers beaux jours. Mais Andrézieux croit au progrès, c’est sa force et un pont qui s’effondre n’est que l’occasion d’en construire un encore plus solide ! En moins d’un siècle la population andrézienne a déjà doublé comptant près de 1 500 habitants en 1911…

 

Bouthéon, agricole et historique

Bien avant la conquête romaine, elle aurait été baptisée « Bod-te-on », la maison au-dessus de l’eau, par un peuple d’origine celte. Il faut dire qu’en période d’invasions, ce promontoire alors baigné par un bras de Loire, est rassurant : de là, le regard embrasse la région sur 360°et les terres, enrichies par les crues du fleuve, y sont fertiles.

Au Moyen-âge, un donjon de pierre construit par les seigneurs de Bouthéon, domine le bourg qui se développe, à l’abri de forts remparts dont subsiste encore une porte.

« Botéon en Forez » est attesté dans les textes dès 1115, son église en 1183. Au début du XIIIème siècle, la seigneurie appartient aux Comtes du Forez puis elle passe de mains en mains, devenant entre autres, propriété des familles de Bourbon à la fin du Moyen-âge puis de Gadagne à la Renaissance.

Au début du XVIIème siècle, la commune bien que très étendue à l’est du bourg, compte seulement 300 habitants. Grâce aux très fertiles Chambons, où l’on cultive notamment le chanvre utilisé pour les cordages des mariniers du fleuve, le village prospère paisiblement. Sa population va tripler avant la fin du XIXème siècle.

Il faut dire qu’avec la construction de la route royale de Roanne au Rhône en 1825, qui rejoint celle de Montbrison au lieu-dit la Gouyonnière, Bouthéon devient le principal carrefour du département de la Loire.

 

Extraits de l’exposition Andrézieux et Bouthéon : 50 ans d’union

Photos
article
  • RSS
  • Ajouter au favoris

Je découvre

Histoire

Agenda 21

23.07.2011

Présentation Agenda 21

 

Événement

Du 8 avril 2017 (10h00) au 7 janvier 2018 (18h00)
Exposition Sous les crayons, la guerre

Exposition Sous les crayons, la guerre

Château de Bouthéon

Le château de Bouthéon est le cadre idéal pour l’organisation de vos séminaires, soirées et galas dans la Loire (42). Son parc animalier et botanique (...)

Ecoute citoyenne

Un service à l’écoute de sa ville

Qu’est ce que l’Écoute citoyenne : C’est le relais privilégié entre les habitants et la (...)
Retour en haut