Site : http://www.andrezieux-boutheon.com
article
Accueil >> Je m’informe >> L’Envol >> Archives >> Année 2010 >> Envol n° 135 novembre 2010

Envol n° 135 novembre 2010

Alors que des milliers de personnes expriment leur mécontentement dans les rues de notre pays ; que des centaines d’autres vont prochainement être frappées par une précarité effroyable pendant l’hiver ; que l’économie mondiale est en crise depuis des mois, dans le même temps, « les ayatollahs » de l’écologie ont réussi à imposer des directives et des contraintes telles qu’il devient impossible de conduire un projet quel qu’il soit.

Depuis des années, je m’attache au respect du développement durable, principe primordial, reconnu au niveau planétaire, pour l’équilibre entre les hommes, l’économie et la nature, et je dois faire face à des contraintes imposées par un idéal écologique qui, lorsqu’il est exacerbé, est préjudiciable à toute volonté d’aménagement.

à titre d’exemple, en 1996, nous avons démarré les études pour le nouveau quartier des Terrasses. Pour ce faire, nous avons dépollué en 2000 le site France Bois Imprégné. Et ce n’est que tout récemment que le Préfet a enfin signé l’arrêté de servitudes. Pendant ces dix années d’attente, la nature a repris ses droits et, à la repousse de peupliers et d’acacias, s’est ajoutée l’installation d’espèces animales.
La présence de flaques d’eau (habitats humides de certaines espaces animales) a entraîné une étude complémentaire faunistique et floristique qui a démontré la présence d’une espèce protégée, « le crapaud calamite ». Des mesures compensatoires ou conservatoires vont donc un peu plus ralentir ce dossier, sans parler du coût supplémentaire induit.

Autre exemple de ces contraintes, la Zone d’Activité d’Intérêt National, destinée à accueillir des entreprises d’envergure et donc à créer de l’emploi, est également soumise à des mesures compensatoires qui gèlent 40 hectares sur 100 pour le seul compte des espèces animales et végétales présentes sur le site, alors qu’autour de cette zone, des dizaines d’hectares de bois, de bosquets, de prairies, d’espaces humides conviendraient tout autant à la préservation de ces espèces.
Protéger l’environnement ne signifie pas empêcher toute intervention de l’homme ; protéger ne veut pas dire « mettre sous cloche ». L’environnement ne peut prévaloir sur l’activité et l’épanouissement des hommes. Un pays où le crapaud a plus de droits que l’homme se trompe de priorités. Je suis conscient de la nécessité de préserver la biodiversité, mais pas à n’importe quel prix.
Loin d’être insensible aux problématiques environnementales, la Municipalité limite, dans la gestion de la Ville, l’impact sur la nature, formalisé au travers de la démarche Agenda 21.

Je ne peux toutefois concevoir que des projets ayant un intérêt social et économique évident soient à ce point pénalisés par des contraintes environnementales démesurées et inadaptées. Je le répète, gérer l’homme, l’économie et la nature de manière équivalente et équilibrée, relève du simple bon sens.

C’est ainsi que, lorsque les mesures sont appropriées, nous veillons bien sûr à conduire les projets tout en préservant l’environnement et les populations. Nous avons d’ailleurs fait le choix d’aménager le site Barriol et Dallière en un parc naturel, en conformité avec les recommandations prescrites. Les contraintes doivent en effet découler d’une gestion pragmatique de nos territoires et non d’une démarche doctrinaire.

Jean-Claude Schalk, Maire d’Andrézieux-Bouthéon

Documents

Documents
article
  • RSS
  • Ajouter au favoris

Je m’informe

L’Envol

Agenda 21

23.07.2011

Présentation Agenda 21

 

Événement

Du 31 mars 2018 au 13 janvier 2019
Des Bâteaux et des Hommes

Des Bâteaux et des Hommes

Ecoute citoyenne

Un service à l’écoute de sa ville

Qu’est ce que l’Écoute citoyenne : C’est le relais privilégié entre les habitants et la (...)
Retour en haut