Site : http://www.andrezieux-boutheon.com
article
Accueil >> Je m’informe >> L’Envol >> Archives >> Année 2012 >> Envol n°154 juillet 2012

Envol n°154 juillet 2012

 

Edito

On a coutume de dire que plus la bataille est difficile, plus la victoire est belle. C’est dire, aujourd’hui, la satisfaction des Elus d’Andrézieux-Bouthéon et de La Fouillouse d’avoir su faire entendre leur voix et d’avoir pu faire respecter leur choix, celui de rejoindre un territoire qui correspond à leur vision de l’avenir.

Bien sûr, les écueils furent nombreux et le chiffon rouge d’une fiscalité plus lourde, agité par la Communauté de Communes du Pays de Saint-Galmier (C.C.P.S.G.), ne fut pas l’un des moindres. Je donne rendez-vous aux contribuables dans trois ans, pour comparer les taux appliqués par Saint-Etienne Métropole (S.E.M.) avec ceux de la C.C.P.S.G.

Cet accroissement de la fiscalité, brandi comme un étendard par les opposants à la fusion, ne résiste pas à l’analyse des chiffres. Vous le constaterez vous-mêmes à la lecture du dossier consacré à ce sujet dans le présent Envol. Mais, il est tellement facile d’attiser les peurs en cette période de morosité économique.

Il sera difficile pour la C.C.P.S.G. de ne pas activer le levier fiscal, au risque de voir ses investissements se réduire comme peau de chagrin, avec une capacité d’autofinancement qui passe de 4 000 000 € à 400 000 €, suite au départ d’Andrézieux-Bouthéon et de La Fouillouse.

Notre Ville, solidaire, ô combien, de la C.C.P.S.G. pendant de nombreuses années, et sans retour aucun pour notre population, je le souligne une fois de plus, est désormais assurée de faire bénéficier ses habitants de services plus nombreux au sein d’une agglomération en phase avec ses propres aspirations.

Il faut quand même se remémorer que les compétences, exercées aujourd’hui par la C.C.P.S.G., étaient, avant 2004, déjà assurées par la Commune. Et depuis cette date, Andrézieux-Bouthéon continue de les financer par le biais de la retenue opérée par la C.C.P.S.G. sur l’attribution de compensation qu’elle nous verse.
Pour ceux qui s’inquièteraient de mon avenir personnel, je tiens à les rassurer. Si ma seule ambition consistait à être réélu en 2014 et à exercer paisiblement mes fonctions de Maire, j’aurais sûrement fait le même choix que mes collègues de la C.C.P.S.G. : continuer à percevoir mes indemnités en m’indignant d’une « adhésion imposée » à S.E.M.

Je suis, et je m’en félicite, bien loin de ces tactiques politiciennes et ce qui m’anime depuis toujours, c’est de faire triompher un territoire autour de projets d’envergure dictés par une vision ambitieuse de son avenir, souvent en faisant fi, je le concède, du politiquement correct.
Rares sont les Andréziens-Bouthéonnais surpris de ma décision de rejoindre S.E.M. En effet, j’affirme depuis ma première élection, que nous sommes des Stéphanois et ce fut, en 2008, un axe fort de notre campagne électorale. Les habitants d’Andrézieux-Bouthéon m’ont d’ailleurs fait confiance, en me réélisant et j’ai tenu mes engagements.

Je veux bien entendre que toute la population ne partage pas ce point de vue, de même que les Elus de la C.C.P.S.G. doivent entendre que les habitants de leurs territoires n’adhèrent pas en totalité à leur choix.

A n’en pas douter, l’intercommunalité sera l’un des principaux thèmes de la campagne des Municipales en 2014… pour l’opposition. Mon équipe et moi-même tablerons davantage sur l’exemple par la preuve ; il en est ainsi du bilan que pourront faire les Andrézieux-Bouthéonnais sur le travail accompli : développement des services, des aides à la population, attractivité économique. Je sais les habitants d’Andrézieux-Bouthéon avisés et c’est en toute connaissance de cause qu’ils décideront puisqu’ils pourront découvrir, dès le 1er janvier 2013, date du rattachement à S.E.M., les nouveaux services que leur offrira cette grande communauté d’agglomération, notamment en matière de transports en commun.

Gageons que cela mettra aussi un terme à toute polémique stérile sur les montants fantaisistes avancés par les uns et les autres. Les projections des analystes juridiques et financiers ont déjà permis d’établir la réalité incontestable des chiffres.

Mettre en parallèle la formidable opportunité de rejoindre S.E.M., avec une augmentation très modérée de la fiscalité, relève du raisonnement primaire, surtout lorsque celui-ci est fondé sur des données tronquées qui sèment le trouble chez les administrés. Du reste, il est assez symptomatique que cet argument ne soit plus mis en avant par la C.C.P.S.G., depuis que les chiffres exacts ont été fournis. On ne peut que regretter les effets de cette désinformation sur nos habitants.

Faire partie de SEM, c’est au contraire sécuriser l’avenir d’Andrézieux-Bouthéon en passant du statut de plus en plus lourd de principal contributeur de la CCPSG à celui plus enviable et beaucoup plus sain pour les finances communales, de membre d’une grande communauté d’agglomération qui sait ce que mutualisation des moyens et des compétences veut dire.

Quant à moi, c’est avec infiniment de confiance que j’aborde avec vous cette nouvelle étape du devenir de notre Commune, autour de la ville centre de Saint-Etienne. Il était important d’agir dans cette période économique et sociale préoccupante et, cette fois, nous avons su saisir notre chance. En ce moment historique pour le territoire, j’ai une pensée pour François MAZOYER et François DUBANCHET, précurseurs qui avaient tenté, en vain, un rapprochement au sein d’un district.

 

Jean-Claude Schalk,
Maire

Documents

Documents
article
  • RSS
  • Ajouter au favoris
Retour en haut