Site : http://www.andrezieux-boutheon.com
article
Accueil >> Je m’informe >> L’Envol >> Archives >> Année 2015 >> L’Envol n°183, mars 2015

L’Envol n°183, mars 2015

 

Édito

La gestion des services publics sur le territoire fait l’objet de nombreux débats depuis des décennies. En 1965, Andrézieux et Bouthéon s’unissaient pour devenir une seule commune plus apte à assumer l’essor économique et social qui se profilait. En 2013, nous quittions une communauté de communes pour rejoindre une communauté d’agglomération. Aujourd’hui, la loi de Modernisation de l’action publique territoriale et d’affirmation des métropoles (MAPTAM) ouvre une nouvelle réflexion que nous devons mener au niveau intercommunal.

En tant que vice-président de Saint-Étienne Métropole, je travaille à des propositions concrètes d’application d’un éventuel passage de communauté d’agglomération en communauté urbaine telle qu’elle est définie par la nouvelle loi, avec des compétences renforcées. Pour que ce nouveau statut se mette en place en janvier 2016, SEM doit rendre une réponse avant juin 2015. Ces nouvelles dispositions lui permettraient de recevoir 8 millions d’euros supplémentaires de dotation de l’État.

Mais il ne s’agit pas d’une course à la dotation et nous travaillons actuellement à une réorganisation efficace en termes de service public. Il serait irresponsable de notre part de construire une intercommunalité qui ne réponde pas aux besoins des habitants. Si je prends l’exemple de ma délégation (voirie communautaire), il ne faut pas que l’usager qui constate un problème sur le terrain et qui en informe la collectivité, attende des mois que ce dysfonctionnement soit réglé. Il faut, même si les décisions de gestion globale se prennent au niveau intercommunal, que les habitants aient des interlocuteurs et des acteurs sur le terrain.

C’est pourquoi mes propositions s’articulent autour de ces deux piliers : la communauté urbaine qui a la responsabilité de la compétence, notamment au niveau budgétaire, et des pôles territoriaux, implantés dans des communes. Ces pôles seraient des antennes pour plusieurs communes au niveau des délégations de l’eau, de l’assainissement, des déchets et de la voirie. Installés par exemple dans le Gier, l’Ondaine, la Plaine et Saint-Étienne, ils seraient organisés avec le transfert des personnels municipaux qui connaissent le territoire, n’occasionnant pas d’augmentation budgétaire.

En effet, il ne s’agit pas d’obtenir une dotation supplémentaire de l’État si c’est pour accroître les frais de fonctionnement. L’exécutif s’est fixé un objectif budgétaire neutre et c’est en ce sens que vont mes propositions.

Jean-Claude SCHALK
Maire

 

Documents

Documents
article
  • RSS
  • Ajouter au favoris
Retour en haut