Site : http://www.andrezieux-boutheon.com
article
Accueil >> Je m’informe >> L’Envol >> Archives >> Année 2017 >> L’Envol n°203, janvier 2017

L’Envol n°203, janvier 2017

 

Discours de la cérémonie des vœux

Accompagné de mon équipe municipale, j’ai eu le plaisir d’accueillir les acteurs économiques et associatifs qui font la richesse de notre territoire, lors de la traditionnelle cérémonie des vœux du Maire. Je vous propose de découvrir le discours que j’ai prononcé en ouverture de soirée :
«  La cérémonie des vœux de la municipalité se veut un moment festif et de rencontre à l’aube de la nouvelle année. Néanmoins, permettez-moi de partager avec vous les doutes et les inquiétudes qui sont miens au regard de la situation internationale.
Comment concevoir un instant que des êtres humains, sous prétexte de leur religion, qu’ils trahissent, aient un comportement pire que celui des plus cruels des animaux ? Si jusqu’au 13 juillet 2016, les terroristes se servaient d’armes ou d’explosifs dont la destination première est de tuer, une nouvelle étape a été franchie à Nice, avec l’utilisation d’un véhicule pour enlever la vie à près de 90 innocents venus partager un moment de joie et de plaisir.
Dorénavant, chaque coin de rue, chaque manifestation, chaque enceinte sportive peut faire l’objet d’une attaque avec une arme aussi banale qu’une simple voiture. L’actualité récente à Berlin vient de nous le rappeler, s’il en était besoin. Si de par le monde, certains pays vivent une insécurité permanente, l’Europe et la France en particulier, ont pu sembler protégées. Nous n’étions pas conscients que nous pouvions basculer aussi vite et aussi cruellement dans la peur, le doute et l’inquiétude du lendemain. Notre pays est en guerre contre le terrorisme et il convient d’adapter notre comportement à cette situation nouvelle.
J’ai toujours été opposé à la mise en place de quelques caméras, jugeant inefficace leur action au quotidien pour nos habitants. En revanche, le déploiement d’un véritable service de vidéo-protection, avec l’implantation de vingt cinq points de surveillance, permettra de sécuriser notre Ville, qu’il s’agisse de lutter contre les comportements routiers dangereux de plus en plus fréquents, les trafics en tous genres, ou, encore, les dégradations aux biens.
En parallèle, cela contribuera à faire de la Commune un des acteurs locaux de la sécurité nationale, puisqu’elle se situe à un carrefour important des communications, en particulier avec l’aéroport.
Dans cette même logique, lors de nos manifestations importantes, les mesures de sécurité prises avec les services de l’Etat imposent une patrouille de gendarmes armés, tandis que nos policiers municipaux, tout autant exposés, ne sont armés, eux, que de bonnes intentions. Nous avons donc fait le choix de les doter d’armes dès cette année.
Mais la sécurité de tous, c’est d’abord l’affaire de chacun, c’est pourquoi je compte sur vous pour participer à notre action collective.
Sur le fronton des mairies de la plupart des 36 000 communes françaises, il est écrit «  Liberté, Egalité, Fraternité  »  ; ces trois mots ont un sens qu’il nous faut chaque jour défendre, mais en filigrane, ils en appellent un autre qui aujourd’hui, plus que jamais, doit être au cœur de notre société, à savoir le mot «  laïcité  ».
Le principe de laïcité doit être renforcé afin de garantir à tous les citoyens, quelles que soient leurs convictions philosophiques ou religieuses, de pouvoir vivre ensemble dans la liberté de conscience, la liberté de pratiquer une religion ou de n’en pratiquer aucune, l’égalité des droits et des devoirs, la fraternité républicaine.
La laïcité n’est pas une opinion parmi d’autres, mais la liberté d’avoir une opinion. C’est pourquoi elle n’est ni pro, ni anti religieuse. Que d’autres sociétés aient une vision différente des relations entre la religion et leurs institutions nous importe peu. En revanche, il est intolérable et inadmissible que l’on veuille l’imposer sur notre terre de France. Ce n’est ni notre culture ni notre histoire. Ce fut tranché une bonne fois pour toutes, il y a plus d’un siècle, par la loi de 1905, sur la séparation de l’Église et de l’État. L’année 2017 verra l’élection du nouveau Président de la République et le renouvellement des Assemblées, nationale et sénatoriale.
J’écrivais il y a cinq ans, que si changer un homme suffisait à changer notre société, il y a bien longtemps que ça se saurait. Mais si celui-ci est porteur de réformes indispensables à notre pays et ne se laisse pas imposer ses choix par la rue, gageons que tous ensemble, faisant fi de tous les intérêts particuliers, nous redresserons notre pays.
La plupart de nos concitoyens souhaitent retrouver du pouvoir d’achat. Pour beaucoup d’employés et d’ouvriers, les fins de mois sont de plus en plus difficiles. Ainsi, en supprimant la durée légale des 35 heures et en instaurant des accords de branches, non seulement on libèrera les énergies, mais on permettra d’améliorer financièrement leur quotidien.
Il faut aussi surtout redonner du sens au mot «  travail  », en allégeant ce carcan de normes et de contraintes, qui sont des freins à toute action de développement économique.
En parallèle, il est urgent de revoir le statut des fonctionnaires, en considérant qu’ils sont nécessaires à notre société, mais en permettant aussi de lutter contre ceux qui profitent sans vergogne, de leur situation de privilégiés. Même si on ne peut pas sans cesse demander plus de services, et dans le même temps, demander leur suppression.
À contrario, je rends hommage, je remercie et félicite tous les agents publics, en charge de la sécurité, des secours, de l’éducation, de la santé et bien sûr ceux des collectivités, pour qui le «  service public  » a un sens  ; en particulier, les agents des différents services municipaux, en qui j’ai toute confiance et qui sont les garants d’un engagement total au service du bien-être de nos habitants.
Concernant les collectivités, le nouveau schéma de coopération intercommunal en application depuis le 1er janvier, permettra à notre agglomération, après le vote des députés, de devenir une métropole. Si l’on doit s’en féliciter, on peut regretter, une fois encore, le manque de cohérence du découpage, privilégiant les intérêts particuliers à l’intérêt général. Comment comprendre que des communes limitrophes d’Andrézieux-Bouthéon, ne soient pas rattachées à Saint-Étienne Métropole (SEM), alors que leur population bénéficie largement des services de la ville-centre, sans pour autant participer à l’effort financier nécessaire à leur fonctionnement  ?
Financièrement, notre commune se porte bien. Après quelques quatre ans de procédure, nous avons enfin encaissé les 5,2 millions d’euros qui nous étaient dus par la CCPSG. Cette trésorerie nous permet de rembourser une grande partie de notre dette, la ramenant à l’instant T à 1,5 millions d’euros, ce qui représente moins de six mois de capacité de remboursement, alors que la moyenne nationale est de 6 à 8 ans. Je rappelle que lors de mon élection en 1998, j’ai hérité d’une dette de 23 millions d’euros, que depuis, ce ne sont pas moins de 120 millions d’euros qui ont été investis, sans augmentation des impôts ménage. Cette année encore, pour la cinquième fois, nous diminuerons les taxes locales de 2 %.
Un accord équitable entre notre commune et SEM, partageant à parts égales le coût de 2,8 millions d’euros du déploiement de la fibre optique, met un terme à une situation inextricable. J’en remercie l’exécutif de SEM, et en particulier son Président, Monsieur Gaël PERDRIAU.

Notre soutien à l’économie locale ne se dément pas, avec cette année encore plus de cinq millions d’euros d’investissements, qui concerneront plus précisément :
- le déplacement de la crèche dans les lieux plus vastes et mieux adaptés de l’ancienne école maternelle de la Paix,
- le réaménagement total du complexe des Bullieux et du Tennis Club,
- la construction d’un skate-park aux Essarts.
Une part importante de ces travaux sera effectuée par les professionnels de nos services techniques, à hauteur de 700 000 euros, réduisant de près de 10 % notre charge de personnels, pour la ramener à 40 % du budget de fonctionnement, ce qui est tout simplement remarquable pour une ville de notre taille, dotée de services équivalents à une ville de 25 000 habitants.
Nos équipements culturels (Théâtre du parc, Château de Bouthéon, Kiosque) sont des hauts lieux de la culture sur le territoire, et je remercie et félicite les directeurs et leurs équipes qui les gèrent et proposent à un large public, une variété d’évènements de très haute qualité.
Nos équipements sportifs (Envol stadium, Palais des sports, stade Baudras, Golf, Parc des Bullieux, etc.) offrent aux différentes équipes des écrins à hauteur de leurs ambitions. Nos trois équipes qui ont accédé à la division supérieure en 2016 se comportent honorablement. Je déplore d’ailleurs que SEM ne participe pas financièrement à leur fonctionnement, s’appuyant sur un règlement absurde qui prévoit qu’on ne soutient qu’un club par discipline. Surtout si l’on prend en compte comme soutien aux associations l’ASSE, club professionnel… Il me semble que nos clubs de foot ou de basket sont de dignes représentants de notre territoire, au niveau national, porteurs de valeurs et d’images positives d’une agglomération qui gagne.
J’en profite pour remercier et féliciter tous les bénévoles qui s’investissent et donnent de leur temps et leur argent au service de nos habitants, au bénéfice de notre commune et de son image de ville dynamique.
Si l’on parle plus volontiers des plus grosses associations, je n’en oublie pas pour autant toutes celles qui s’investissent auprès de leurs adhérents et au bénéfice de tous, ce qui est doublement remarquable. Je pense en particulier au centre social Nelumbo et aux associations du Pôle des 4 épis qui œuvrent auprès des plus démunis, ainsi qu’aux clubs seniors. Merci à vous tous.
L’activité économique est particulièrement importante sur notre commune, avec près de 10 000 emplois, allant des autoentrepreneurs, au leader mondial de la chimie et ses 1 000 emplois, en passant par toutes les petites et moyennes entreprises (PME), artisans et commerçants. L’attractivité du centre bourg d’Andrézieux et de ses commerces ne se dément pas.

Le renouvellement du quartier de La Chapelle, conduit par Loire Habitat avec la participation de la Commune, redonnera la modernité nécessaire à ce secteur de la ville. Quant au quartier de Bouthéon, le Château, dont la notoriété ne cesse de croître, lui confère un vrai rayonnement.
Chacun des trois quartiers concourt ainsi à offrir à tous nos habitants, un panel d’équipements culturels ou sportifs, de services variés et très complets, à la hauteur de leurs attentes, et dont peut s’enorgueillir une commune de 10 000 habitants.
Dans une société de plus en plus tendue, les services publics (sécurité, santé, actions sociales, collectivités), les professions libérales, les acteurs de l’éducation, notamment, sont les garants d’une cohésion sociale indispensable à la qualité de vie digne d’un pays comme la France.
Pour ma part, je m’appuie sur une équipe d’adjoints et de conseillers délégués assumant pleinement leurs responsabilités dans les délégations que je leur ai confiées, et sur des conseillers municipaux à l’écoute, afin de faire remonter vos remarques, critiques et propositions.
À vous toutes et tous, dans vos différents engagements, dans vos différents métiers, je souhaite une bonne et heureuse année 2017.  »

Jean-Claude SCHALK
Maire

 

Documents

Documents
article
  • RSS
  • Ajouter au favoris

Je m’informe

L’Envol

Agenda 21

23.07.2011

Présentation Agenda 21

 

Événement

Du 9 décembre 11h au 17 décembre 20h30
Conte de Noël : La Cité d’Azencko

Conte de Noël : La Cité d’Azencko

Ecoute citoyenne

Un service à l’écoute de sa ville

Qu’est ce que l’Écoute citoyenne : C’est le relais privilégié entre les habitants et la (...)
Retour en haut