Site : http://www.andrezieux-boutheon.com
article
Accueil >> Je m’informe >> L’Envol >> Archives >> Année 2018 >> L’Envol n°216, mars 2018

L’Envol n°216, mars 2018

Lettre ouverte à Monsieur le Président de la République

Lors de la cérémonie de présentation des vœux aux forces vives de notre Commune, j’annonçais avec enthousiasme l’implantation prochaine, génératrice de près de 400 emplois, de deux entreprises sur les 20 hectares de la zone d’aménagement concerté (Zac) de l’Orme les sources (cf. illustration page suivante).
Était-ce de la naïveté ? Je ne le pense pas. Était-ce l’illustration de ma volonté à faire réussir ma ville et plus largement tout notre territoire ? Certainement, faut-il y voir la confiance que j’accorde aux services de la Préfecture ! Mais c’était sans compter sur la force de blocage que représente un autre service de l’État, la Direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement* ! Ce service en effet, au prétexte de défense de l’environnement, bloque tous les projets de développement de notre territoire.

Alors même que la Zac créée, il y a près de 20 ans, avec toutes les études préalables, environnementales notamment, sur des terrains qui ne sont pas les terrains d’origine puisque remblayés avec des terres argileuses provenant du site de SNF, la Dreal nous impose aujourd’hui la protection d’une « zone humide » sur deux hectares. Dans l’objectif de permettre une avancée favorable à ce dossier, ce paramètre a néanmoins été pris en compte. Ce fut la proposition de constituer un espace naturel au sein de la Zac, sur quatre hectares, soit une compensation à 200% ! Las, sans justification aucune, les services de l’État demandent une compensation à hauteur de huit hectares, soit 400% ! Je rappelle ici que dans le cadre de l’extension du site SNF, les mesures compensatoires comprenaient notamment, la mise à disposition de la Commune d’un massif boisé de 80 hectares au titre de la préservation de l’habitat de certaines espèces animales et végétales, alors que seuls 40 hectares étaient requis. Aujourd’hui la Commune se heurte à un nouveau refus de prendre en compte ces 40 hectares supplémentaires pour satisfaire à de nouvelles obligations. Jusqu’où tout ceci va nous conduire ?

Sur ce même secteur, nous avons dû veiller (et le mot et faible !) à la préservation des papillons cuivrés des marais (trois spécimens recensés !), et nous voilà aujourd’hui confrontés à la présence d’un couple de pies grièches dont il faut préserver l’habitat ! Soyons sérieux, outre le nombre de créations d’emplois induits par l’installation d’une société sur la Zac, et sans vouloir aucunement remettre en question la préservation d’espèces animales et de leur habitat, quelle indécence pour les milliers de gens qui vivent dans la rue, et les milliers de migrants qui quittent leur pays au péril de leur vie ! Mais ce n’est pas encore assez ! Nous avons dû prendre en compte la préservation des crapauds calamites sur la Zac des Terrasses, eh bien s’il n’y en a pas encore sur la Zac de l’Orme les Sources il convient d’en tenir compte, car ils pourraient bien y venir !

Je peux citer également le dossier de réhabilitation de la friche Barriol et Dallière, dont les travaux de dépollution s’éternisent depuis près de 10 ans en raison d’exigences toujours plus fortes. À titre d’exemple, la maison de maître pourrait très prochainement faire l’objet d’une cession, avec un projet valorisant de réhabilitation et d’agrandissement des locaux, visant à créer un espace beauté-bien être avec 20 emplois à la clef. La Dreal a demandé des analyses de sol, lesquelles n’ont révélé aucune trace de pollution ! Qu’à cela ne tienne, ce même service demande maintenant des analyses d’air ambiant dans la maison, laquelle est inoccupée depuis près de 10 ans, et en raison des squats et dégradations subies se trouve ouverte à tous les vents !

Il y a aussi le site France Loire, autre ancienne friche industrielle polluée sur laquelle les services de la Dreal posent l’exigence d’une dépollution en site industriel, sans prendre en compte l’usage futur du site, à savoir un parking à proximité de la gare afin de favoriser le covoiturage et les transports en commun, et un parc public.
Je ne peux que saluer votre courage et votre volonté à conduire les réformes nécessaires à notre pays, mais je pense qu’il est grand temps de libérer les énergies de nos territoires et surtout que certains services de l’État prennent conscience qu’ils doivent travailler avec les collectivités et au service des populations, et non en se positionnant en censeurs d’une doctrine de plus en plus illisible.

Jean-Claude SCHALK
Maire

* La Dreal est le service régional des ministères de la Transition écologique et solidaire et de la Cohésion des territoires. Sous l’autorité du préfet de région et des préfets de départements, elle participe à la mise en œuvre et à la coordination des politiques publiques de l’État relevant de ses champs de compétence.

Documents

Documents
article
  • RSS
  • Ajouter au favoris

Je m’informe

L’Envol

Agenda 21

23.07.2011

Présentation Agenda 21

 

Événement

Du 12 mars au 6 juillet
Inscriptions scolaires 2018 - 2019

Inscriptions scolaires 2018 - 2019

Ecoute citoyenne

Un service à l’écoute de sa ville

Qu’est ce que l’Écoute citoyenne : C’est le relais privilégié entre les habitants et la (...)
Retour en haut